Véhicule autonome : « les voitures grand public ne seront pas sans conducteur », déclare Jensen Huang, CEO de Nvidia Véhicule autonome : « les voitures grand public ne seront pas sans conducteur », déclare Jensen Huang, CEO de Nvidia

Véhicule autonome : les voitures grand public ne seront pas sans conducteur, déclare Jensen Huang, CEO de Nvidia Véhicule autonome : « les voitures grand public ne seront pas sans conducteur », déclare Jensen Huang, CEO de Nvidia © Julien Bergounhoux

A lire aussi

Véhicule autonome : Nvidia annonce des projets avec Volvo Cars, Veoneer et Continental à horizon 2021
Daimler et Bosch font appel à Nvidia pour leur véhicule autonome

Lors d’une session de questions-réponses qui s’est tenue le 11 octobre 2018, Jensen Huang a clarifié sa vision du véhicule autonome et de ce qu’il sera possible de faire ou pas en la matière. Il a ce faisant contredit une bonne partie de la communication communément faite par les constructeurs automobiles – et par Nvidia – en la matière.

Il a notamment expliqué que pour lui, les véhicules grand public n’ont pas besoin d’un niveau d’autonomie supérieur à 2. Il estime aussi d’une manière générale que ces niveaux, créés par SAE International, sont mal connus du public et prêtent souvent à confusion. Son argument est que l’humain restera toujours dans la boucle pour les véhicules grand public. « Ce que les gens veulent, ce que je veux, c’est pouvoir dire à ma voiture ’emmène moi au travail’ et qu’elle le fasse sans que le pilotage automatique se désactive 17 fois sur le chemin. Mais je ne pense pas que le conducteur ait besoin d’aller faire une sieste à l’arrière. »

« Le niveau 5 est théorique… il n’a pas besoin d’exister »

Pour lui, les niveaux 2 et 3 sont plus ou moins les mêmes, et il en va de même pour les niveaux 4 et 5. En réponse à une question de L’Usine Digitale sur la différence entre ces deux modes, après avoir expliqué que les véhicules de niveau 4 que Volvo Cars développe avec Nvidia seront des robo-taxis évoluant dans des environnements contrôlés (sur des parcours prédéterminés), le CEO déclare : « Le niveau 5 est théorique, c’est l’idée qu’un véhicule puisse conduire sans chauffeur sur n’importe route. Il n’existe pas… n’a pas besoin d’exister. » Il a par la suite tempéré ses propos, se disant optimiste sur les progrès à long terme en la matière.

Mais reste que son franc-parler, par ailleurs très rafraîchissant, tranche avec les beaux discours qu’on a pu entendre ces dernières années sur un monde sans conducteurs d’ici 10 ans. A court terme, le dirigeant prédit une émergence rapide des systèmes de transport de fret ou de personnes 100% autonomes sur des circuits prédéfinis, et une amélioration progressive et mesurée des fonctionnalités d’autonomie des véhicules grand public. Mais l’humain restera toujours aux commandes, et sera toujours responsable de la conduite de son véhicule.

Quant aux problèmes d’inattention du conducteur lorsque la voiture roule « toute seule » depuis un moment, la réponse de Nvidia est Drive IX, son système de surveillance du conducteur à l’aide de caméras. L’idée est que le système s’assure en permanence que le conducteur, même s’il n’est pas 100% concentré sur la route, reste en mesure de reprendre rapidement le contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *