Au CES 2019, Dassault Systèmes cherche à transformer son image auprès des start-up Au CES 2019, Dassault Systèmes cherche à transformer son image auprès des start-up

Au CES 2019, Dassault Systèmes cherche à transformer son image auprès des start-up Le CCO de la start-up Zero 2 Infinity, Guillaume Girard, pose devant son stand au CES 2019. © Zero 2 Infinity

A lire aussi

Dassault Systèmes lance une place de marché virtuelle pour designers et fabricants

Dassault Système a doublé sa présence au CES cette année. Le champion français de la conception et la gestion de cycle vie produit a installé un stand dédié à la ville du futur au Las Vegas Convention Center, et un autre axé sur les start-ups à Eureka Park, en partenariat avec la région Ile-de-France.

A la recherche des innovations de rupture

L’entreprise y présente 3 jeunes pousses qu’elle accompagne. La première est Zero 2 Infinity, une start-up espagnole qui cherche à révolutionner le monde du lanceur spatial. Elle développe un système qui emporte un micro-lanceur très haut dans l’atmosphère à l’aide d’un ballon, le lanceur n’effectuant que la dernière partie du trajet. Cette solution s’adresse aux clients cherchant à lancer des microsatellites, un segment de marché en plein boom mais pour lequel les lanceurs traditionnels ne sont pas adaptés (trop coûteux, trop longs à réserver, etc.).

La seconde est Gyrolift, une jeune entreprise française incubée au sein d’X-Up (Ecole Polytechnique). Elle est à l’origine d’une chaise roulante électrique high tech, bardée de capteurs, qui est capable de faire passer son passager de la position assise à la position debout de façon naturelle. Elle répond ce faisant à un problème d’accessibilité auxquels sont régulièrement confrontés les personnes en situation de handicap.

Enfin il y a ExactCure, une autre start-up française qui travaille sur une application permettant aux patients de régler le dosage de leurs médicaments en fonction de leur caractéristiques physiologiques (âge, genre, poids, etc.). Elle permet également de vérifier que plusieurs médicaments n’interagissent pas de façon problématique.

Dassault Systèmes veut changer son image pour mieux séduire les start-up

« Nous ne sommes pas des investisseurs, nous ne prenons pas de parts dans les sociétés, explique Frédéric Vacher, directeur de l’innovation chez Dassault Systèmes. Mais nous leur donnons accès à notre plate-forme ainsi qu’à des mentors élus parmi nos 16 000 employés. Cela les aide à se développer et à s’internationaliser. » L’idée au bout du compte est d’en faire des clients privilégiés.

Outre l’apport de visibilité à ces trois projets, la présence de Dassault Systèmes à Eureka Park a aussi pour objectif de présenter le groupe sous un nouveau jour. « Dassault Systèmes n’est pas forcément connu en tant que groupe innovant. Nos marques comme SolidWorks ou Catia sont connues des professionnels, mais ce n’est pas nécessairement le cas du groupe lui-même. De plus les gens ne sont pas toujours au courant de toutes nos activités. Notre présence ici a donc aussi pour but de faire savoir que nous nous adressons à la fois aux grands groupes industriels mais aussi aux start-ups. »

Une nouvelle clientèle de petites et moyennes entreprises rendue possible par la transition vers le cloud, qui affranchit les clients de la nécessité d’acquérir des machines coûteuses pour effectuer les calculs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *