L’incubateur de start-up The Nest by Webhelp noue un partenariat avec le fonds Raise Sherpas L’incubateur de start-up The Nest by Webhelp noue un partenariat avec le fonds Raise Sherpas

L’incubateur de start-up The Nest by Webhelp noue un partenariat avec le fonds Raise Sherpas L’incubateur de start-up The Nest by Webhelp noue un partenariat avec le fonds Raise Sherpas © The Nest / Webhelp

A lire aussi

Platform58, l’incubateur de la Banque Postale, prend ses marques et séduit les start-up
L’Oréal lance le MYT, un incubateur pour favoriser l’innovation interne

The Nest prend du galon. Le spécialiste français de la relation client et des processus métiers Webhelp annonce en exclusivité à L’Usine Digitale que son incubateur de start-up a signé, au début de l’été, un partenariat avec le fonds de dotation Raise Sherpas. Ce programme ad hoc est le fruit d’une série de rencontres entre ses deux fondateurs. Webhelp est notamment mécène dans le cadre du prix David avec Goliath, organisé annuellement par Raise, et qui permet à une start-up de profiter de l’expertise d’une grande société. C’est ce même concept que doit permettre de pérenniser l’accord d’association.

UN SUIVI sur mesure

Webhelp est un cas à part. L’entreprise, qui opère dans 36 pays et compte 180 clients, se dit « à mi-chemin entre la start-up et le grand groupe ». Une spécificité qu’elle entend cultiver et qui lui permet, selon elle, de cerner les besoins des jeunes pousses à court terme. Par cette collaboration avec Raise Sherpas, qui propose déjà un accompagnement gratuit, l’expert de la relation client entend étendre son radar pour « repérer de futures pépites » dans les domaines du commerce, du digital ainsi que de la relation client.

Mais comment cela va-t-il se traduire dans les faits ? « Chaque membre du comité de direction de Webhelp sera chargé de suivre une des start-up sélectionnées. Une rencontre physique sera programmée chaque mois pendant six mois, ce qui rendra possible un suivi personnalisé », indique Alexandre Fretti, directeur général France de l’entreprise et initiateur du programme. Les jeunes pousses constituant la première promotion, entièrement tricolore, s’appellent HelloCE, Epsor, Yespark, Didomi, Guestviews, Reminiz, Artsper, Playplay ou encore Jam.

« NI LOCAUX, NI EUROS »

Lancé en décembre 2017, l’incubateur de Webhelp se positionne sur un créneau unique en France. Son crédo ? « Ni locaux, ni euros. » En d’autres termes, The Nest ne fournit pas d’espace de travail et n’aide pas financièrement les jeunes pousses qu’il accompagne. Le programme se destine ainsi « aux start-up ayant déjà trouvé leur marché, mais dont la forte croissance [constatée ou prévisible, N.D.L.R.] impose de trouver des solutions optimales aux problématiques de relation et d’expérience client ». Ces dernières bénéficient de l’image de marque de Webhelp, qui leur permet de lever davantage de fonds. L’entreprise profite, elle, du projet pour stimuler la co-innovation et intégrer des solutions à ses offres.

L’entreprise, qui dégage un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros et emploie 50 000 personnes au total, espère « créer deux à trois licornes à horizon cinq ans » via son incubateur… et, à terme, en dénicher une tous les ans. Les start-up accompagnées devraient, selon ses estimations, lui permettre de générer un chiffre d’affaires supplémentaire de 100 millions d’euros d’ici à dix ans. Fort de sa présence internationale, le spécialiste de la relation client va dupliquer le programme à l’étranger dès 2020. « Nous réalisons actuellement un travail de sourcing pour identifier des fonds qui pourraient, à la manière de Raise Sherpas, se lancer avec nous sur d’autres marchés », indique Alexandre Fretti.

Début juillet, Webhelp a accueilli un nouvel actionnaire. La société GBL a racheté les 60% détenus par l’Américain KKR. Après avoir conquis la moitié des entreprises du CAC40, l’entreprise s’est lancée à l’assaut du Next40. Prochain objectif : doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2024, par une expansion – aux Etats-Unis et en Asie – et une diversification dans les domaines de la santé, du conseil et de la tech. « De quoi aller plus loin encore que notre récent statut de double-licorne », selon son DG France.

La liste des dix start-up incubées par The Nest

  • AlloMedia : la jeune pousse propose une solution de transcription du langage naturel, utile aux services clients.
  • Batvoice : l’IA de cette start-up analyse les conversations téléphoniques passées par les centres d’appel pour améliorer le système.
  • Zenpark : la solution de cette jeune pousse consiste à optimiser la gestion des parkings via l’IoT.
  • Wavy : la start-up développe un outil de gestion destiné aux professionnels de la beauté, qui peuvent gérer leur établissement et leur communication via une application de caisse.
  • Carizy : cette jeune pousse a mis au point une plate-forme d’achat et de vente de voitures.
  • Fluo : la start-up a développé une application mobile permettant d’obtenir un avis éclairé et impartial pour choisir une assurance.
  • Monisnap : l’application mobile de cette jeune pousse permet à ses utilisateurs de transférer de l’argent à un destinataire, qui peut retirer la somme en agence bancaire grâce à un code.
  • Otherwise : la plate-forme de cette start-up vend une solution d’assurance collaborative, permettant de connecter des clients aux modes de vie et aux intérêts communs.
  • Lydia : l’application pour smartphones de cette jeune pousse permet à deux membres inscrits de se transférer de l’argent, sans démarche supplémentaire auprès de leur banque.
  • Une FinTech qui souhaite garder l’anonymat.

Laisser un commentaire