Niantic ouvre sa plate-forme de réalité augmentée aux développeurs et aux retailers Niantic ouvre sa plate-forme de réalité augmentée aux développeurs et aux retailers

Niantic ouvre sa plate-forme de réalité augmentée aux développeurs et aux retailers Niantic ouvre sa plate-forme de réalité augmentée aux développeurs et aux retailers © Niantic Real World

A lire aussi

Niantic lève 245 millions de dollars pour développer sa plate-forme de réalité augmentée
Minecraft Earth : Microsoft fête les 10 ans du jeu culte avec une version en réalité augmentée pour smartphones
6D.ai s'allie à Qualcomm pour proposer des expériences AR multi-utilisateurs sur smartphones et lunettes

Niantic fait évoluer sa plate-forme Niantic Real World. La start-up, qui avait levé 245 millions de dollars en janvier 2019 dans cet objectif, a annoncé le 6 novembre de nouvelles fonctionnalités destinées à « transformer la planète en un jeu de réalité augmentée« , résume-t-elle. Elle ouvre aussi sa plate-forme aux développeurs et PME. Des annonces qui confirment la volonté de l’entreprise de s’imposer en leader sur le futur marché des mondes virtuels superposés au monde réel, déjà très concurrentiel.

Une nouvelle offre pour les retailers

Niantic, qui propose aux joueurs de collaborer sur ses jeux depuis 2011, indique avoir ajouté plus de 9,4 millions d’emplacements (ou Wayspot) proposés par les utilisateurs à la plate-forme Niantic Real World depuis son lancement en 2018. Pour rappel, même si la réalité augmentée est souvent mise en avant quand on parle de Niantic, sa fonctionnalité première est le positionnement d’éléments virtuels dans le monde réel par géolocalisation. Concrètement, une application mobile affiche une carte des environs avec certains points d’intérêts, et s’y rendre physiquement provoque un événement spécifique dans l’application.

La start-up enregistrerait en moyenne plus d’un million de suggestions par semaine. Les joueurs peuvent ainsi soumettre de nouveaux emplacements, enrichis de photos et d’informations. « Ce sont les joueurs qui connaissent les endroits uniques et intéressants de leur ville et de leur quartier. Grâce au programme Niantic Wayfarer, les joueurs peuvent désormais construire leur propre plateau de jeu« , résume l’éditeur. 

Désormais, un programme BtoB permettra aux petites et moyennes entreprises d’ajouter des emplacements sponsorisés. Une option précédemment réservée aux opérations spéciales de grands groupes comme McDonalds, AT&T ou Sprint. Ce programme bêta est destiné aux entreprises possédant des magasins physiques, et a pour objectif de générer à la fois publicités et trafic « sans la nature interruptive de la publicité traditionnelle« , explique Carla Li, responsable des partenariats. Et il a bien sûr vocation à générer une autre source de revenus pour l’éditeur. Les commerçants pourront même payer pour planifier des « raids » dans leur magasin (qui requièrent jusqu’à 10 joueurs) pour en augmenter l’affluence à des heures spécifiques.

Un fonds pour financer les développeurs tiers

L’ancienne filiale de Google a aussi révélé l’ouverture de sa plate-forme aux développeurs tiers. « Pour tirer parti de ce plateau de jeu, nous collaborons avec nos joueurs, nos entreprises partenaires et désormais avec des développeurs externes pour le construire avec nous« , détaille Kellee Santiago, responsable des relations avec les développeurs. Déjà testée dans le dans cadre du concours Niantic Beyond Reality Developer, la plate-forme a notamment mené à la création de Harry Potter: Wizards Unite, conçu avec WB Games. Niantic veut désormais aller encore plus loin avec le programme Niantic Creator, qui commencera début 2020.

Ce programme permet à n’importe quel développeur de postuler pour collaborer directement avec les équipes de Niantic, et bénéficier en bonus d’un financement au travers d’un nouveau fonds baptisé Niantic Beyond Reality. « Ce nouveau fonds est conçu pour donner vie à des projets inspirants et novateurs de recherche assistée par ordinateur, du premier prototype à la commercialisation« , détaille la firme américaine. Avec à la clé un accès au kit de développement de la plate-forme Niantic Real World. Dix développeurs tiers ont déjà bénéficié du programme.

Mode multi-utilisateurs et gestion de l’occlusion

Côté technique, Niantic Real World se renforce sur la partie réalité augmentée, notamment en permettant des interactions plus poussées entre plusieurs joueurs. Cette fonctionnalité, baptisée provisoirement Buddy Adventure et utilisant la caméra des smartphones, permet d’interagir directement avec son personnage (par exemple pour le nourrir), avec aussi avec ceux des autres joueurs. A noter que cette fonctionnalité est pensée pour de petits groupes de joueurs et pas pour des foules.

Niantic, qui indique avoir mené des tests sur les jeux Codename: Neon et Codename: Tonehenge, précise que Pokémon Go sera le premier jeu à intégrer ce mode multijoueurs. La fonctionnalité sera disponible sur iPhone et Android, de manière transparente pour les utilisateurs quel que soit l’OS. Une avancée que Diana Hu, directrice des plates-formes AR, qualifie de « pas en avant vers l’une des premières applications grand public d’expériences multijoueurs en réalité augmentée« .

Deuxième annonce majeure sur le plan technique : le lancement de Niantic Occlusion, un mode permettant de visualiser des objets virtuels situés derrière des objets réels. « L’ajout du concept de profondeur permet aux personnages de comprendre leur environnement et d’agir plus naturellement« , explique-t-on chez Niantic. Niantic Occlusion utilise la vision par ordinateur pour que les éléments de réalité augmentée puissent « comprendre le monde réel et interagir avec les objets qu’il contient« . Une fonctionnalité relativement complexe à mettre en œuvre, mais vitale pour des expériences de réalité augmentée de qualité.