Donald Trump reviendra-t-il un jour sur Facebook ? Peut-être mais peut-être pas


Vendredi, Facebook a ouvert la porte à une éventuel retour de l’ancien président Donald Trump sur la plateforme, mais a réaffirmé que son compte restera suspendu pendant au moins deux ans. Le réseau social a interdit le compte de Trump pour ses publications antérieures aux émeutes de Capitol Hill qui ont eu lieu le 6 janvier de cette année.

C’est le mois dernier qu’un conseil de surveillance indépendant a confirmé la suspension de l’ancien président par Facebook, mais le conseil a également critiqué la nature illimitée de cette suspension et a déclaré : « Il n’était pas approprié que Facebook impose la peine indéterminée et sans norme de suspension indéfinie. . »

Le Conseil de surveillance a ensuite demandé à Facebook de revoir sa décision et de répondre en conséquence. Enfin, vendredi, le le géant des médias sociaux annoncé via un article de blog que de « nouveaux protocoles d’application » devraient être appliqués dans des « cas exceptionnels comme celui-ci ».

Dans le message, Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales, a écrit : « Nous confirmons la sanction limitée dans le temps conformément aux protocoles que nous appliquons aux comptes de M. Trump. Compte tenu de la gravité des circonstances qui ont conduit à la mort de M. Trump. suspension, nous pensons que ses actions ont constitué une grave violation de nos règles qui méritent la sanction la plus élevée disponible en vertu des nouveaux protocoles d’application. Nous suspendons ses comptes pendant deux ans, à compter de la date de la suspension initiale le 7 janvier de cette année.

Clegg a ajouté qu’à la fin de la période, Facebook se tournera vers des experts pour évaluer davantage si le « risque pour la sécurité publique a diminué ». Il a déclaré que le réseau social évaluerait les facteurs externes, notamment les cas de violence, les restrictions aux rassemblements pacifiques et d’autres marqueurs de troubles civils. Si tel est le cas, Facebook pourrait étendre encore plus les restrictions et continuer à réévaluer jusqu’à ce que le risque disparaisse.

Même si ou lorsque la suspension est levée, l’ancien président pourrait se retrouver sous un examen minutieux, et Facebook a averti que s’il y avait de nouvelles violations, cela pourrait conduire à une « suppression permanente de ses pages et comptes ».

Clegg a déclaré que deux ans étaient considérés comme une punition appropriée pour des violations aussi graves et devraient être suffisamment importants pour dissuader non seulement l’ancien président Trump, mais d’autres de commettre des violations des conditions de service.

Pas de « J’aime » de Trump

Sans surprise, l’ancien président a fustigé la décision de Facebook, tout en répétant ses fausses affirmations selon lesquelles le 2020 était « truqué ».

« La décision de Facebook est une insulte aux 75 millions de personnes qui ont établi un record, ainsi qu’à de nombreuses autres, qui ont voté pour nous lors de l’élection présidentielle truquée de 2020 », a déclaré dans un communiqué publié par son Save America PAC.

Réponse juste ?

La question est maintenant de savoir si le réseau social a effectivement pris les mesures appropriées.

« Facebook gère la situation du mieux qu’il peut », a déclaré l’analyste technologique Charles King de Pund-IT. « Bien que les règles qu’il fixe soient plus qu’un peu vagues, elles sont appropriées pour gérer le comportement d’un personnage public dont la signature refuse de suivre les normes de comportement et de communication conventionnelles. »

De même, « si l’ancien président tentait d’utiliser Facebook pour cracher de la désinformation potentiellement dangereuse ou, encore une fois, exhorter ses partisans à commettre des actes illégaux, l’entreprise peut à juste titre le fermer », a ajouté King. « Ce que suggèrent les nouvelles directives, c’est que lorsque ou si Trump revient un jour sur la plate-forme, Facebook a l’intention de s’assurer qu’il le fera selon les conditions de l’entreprise. Dans une perspective plus large, la décision de Facebook de prolonger l’interdiction actuelle de Trump de deux ans supplémentaires est également susceptible d’avoir un impact sur l’influence qu’il pourrait avoir sur les prochaines élections de mi-mandat. »

Trump est certainement Trump, et il est peu probable que cela influence ses partisans et cela ne changera certainement pas l’avis de ses détracteurs.

« Comme nous l’avons également vu cette semaine, lorsque son site de blog a été fermé sans ménagement après moins d’un mois », a noté King, « l’ancien président semble manquer d’intérêt et/ou de discipline pour établir son propre canal de communication en ligne. Sans accès sur des plateformes massivement populaires, comme Facebook et Twitter, il se muselle effectivement. »

Laisser un commentaire